Un orfèvre passionné :
Louis-Guillaume Piéchaud Quatrième génération au service d'une passion

C’est à 16 ans que Louis-Guillaume Piéchaud rejoint l’atelier familial et se forme directement auprès de son père et de son grand-père. Il est le petit-fils du sculpteur Dominique Piéchaud, lequel fut élève de l’Académie des Beaux-Arts de Bordeaux et membre de la Casa de Velázquez. Dominique Piéchaud fonda l’atelier Les Tailleurs d’Images en 1950, créant alors un catalogue original de bijoux et d’articles religieux, largement inspiré par le Moyen-Age.

Héritier de techniques ancestrales transmis par son père & son grand-père, Louis-Guillaume Piéchaud est aujourd’hui le garant d’un art traditionnel à la fois noble et authentique, perpétuant avec passion le savoir-faire familial où se marient la précision & la rigueur, où la minutie s’allie à la sensibilité artistique.

logoEntreprise-du-Patrimoine Vivant

Entreprise du Patrimoine Vivant

 

2015 – l’entreprise Les Tailleurs d’Images a été honorée du prestigieux label « Entreprise du Patrimoine Vivant » par le Ministère de l’Économie

Savoir-faire et tradition

L’atelier

Au coeur de la France, l’atelier propose une large gamme d’objets d’art ornés d’émaux grand feu, en bronze ou en argent. La qualité de ces créations et leur caractère intemporel leur permettent de traverser les décennies et de rester au goût du jour.

creation-orfevre-1

Réalisations artisanales et de qualité

Les nombreuses opérations toutes réalisées à la main requiert une dextérité qui s’acquiert au fil des années. Toutes les personnes qui travaillent à la production ont été formées dans les ateliers Les Tailleurs d’images.
Loin des produits de grande distribution sans âme ni personnalité, les ateliers proposent des articles pensés pour vous.
Bijoux religieux, croix murales, croix sur socles, médailles, pendentifs, chapelets, dizainiers, sont autant d’objets qui accompagnent au quotidien ; à offrir comme cadeaux religieux de communion, de baptême, d’ordination pour le cadeau d’un prêtre ou pour des noces

Pour toute création de pièces uniques, de l’art liturgique (orfèvrerie d’église) aux bijoux sur mesure, Louis-Guillaume Piéchaud est un orfèvre talentueux.

atelier-outils

Les matériaux et techniques de fabrication

L’atelier utilise des outils spécifiques, qu’il a souvent fabriqué.

Le bronze :

Les ateliers commencent par réaliser un modèle original, suivant différentes techniques : il est modelé ou gravé directement. Ensuite l’atelier traite l’intégralité des opérations sauf la fonderie qui est sous-traitée.
Tous nos sous-traitants sont français. Les modèles sont crées par les Tailleurs d’images qui procèdent à toutes les étapes de finitions.

dessin-original

Les étapes de création et de réalisation

En premier lieu, le dessin du modèle qui est ensuite, soit :
– modelé en terre ou en Plastiline (pâte à modeler de précision).
– gravé dans du linoléum de graveur, ou dans de la cire ou directement dans le métal.
Cette première pièce est ensuite fondue en bronze pour donner un modèle qui, après avoir été re-ciselé,
constitue le modèle original. Modèle orignal qui sera reproduit par fonderie. Soit en fonte plate au sable (pour les plus grosses pièces), soit en fonte à cire perdue (pour les petites pièces). Certaines sont reproduites par la technique de frappe (ou d’estampage), dans ce cas une matrice est gravée en creux d’après le modèle original.
L’atelier reçoit de la fonderie les pièces brutes, qui sont ébarbées, redressées, décapées, émaillées, cuites à 850°, poncées, patinées, polies, vernies…
Toutes les pièces en bronze sont donc vernies, ce qui les protègent de l’altération et parachève la
finition.

etape-fabrication

Les émaux grand feu

Les émaux sont fournis par la Cristallerie Saint Paul, les émaux Soyer, Maison installée à Limoges, berceau de l’art de l’émaillerie depuis le plus haut moyen-âge. C’est une maison qui existe depuis le début du XIX siècle. Les émaux, matière noble par excellence, sont composés entre autres de silice et d’oxydes métalliques. C’est principalement la technique de champlevé qui est mise en œuvre au sein de l’atelier, pour cela les émaux sont utilisés sous forme de poudre finement broyée. On ajoute à cette poudre de l’eau distillée ce qui la transforme en une pâte qui est ensuite appliquée sur le bronze à l’aide d’une petite spatule. Une fois sec, l’émail est vitrifié dans un four à + de 800 degrés, four conçu et réalisé par l’atelier
La technique des émaux grand feu est une spécialité des ateliers Les Tailleurs d’Images. Elle requiert précision, rigueur, minutie et sensibilité artistique pour réaliser des décors qui peuvent se montrer parfois extrêmement fins et petits, décors qui par la même deviennent uniques.

emaux-grand-feu

L’inspiration médiévale

Les techniques et les matériaux sont absolument inchangés depuis de siècles, on travaillait ainsi déjà à l’époque mérovingienne voire même avant… aujourd’hui certains équipements s’ajoutent aux outillages ancestraux mais l’authenticité reste intacte.
Le bronze, l’argent ou l’or sont travaillés, ouvragés, ciselés, sertis et ornés de pierres fines exclusivement naturelles et d’émaux grand feu.
La spécialité des ateliers restant vraiment les émaux.
On retrouve dans nos créations une tradition iconographique des premiers siècles du christianisme.

Les bijoux

De très belles collections d’inspiration médiévale créent les parures avec bagues, boucles d’oreille, bracelets, pendentifs, broches, boutons de manchette … On y ré-interprète fréquemment la fleur de lys, symbole antique, toujours apprécié.