Médaille historique en bronze sculpté de Jacques Cathelineau, dit le Saint d’Anjou, premier Généralissime de l’Armée catholique et royale, mort au combat le 14 juillet 1793
Revers de la médaille historique en bronze sculpté de Jacques Cathelineau, dit le Saint d’Anjou, premier Généralissime de l’Armée catholique et royale, mort au combat le 14 juillet 1793

Jacques Cathelineau – Médaille historique en bronze – 5 cm

49,80 

Médaille historique en bronze sculpté de Jacques Cathelineau, dit le Saint d’Anjou, premier Généralissime de l’Armée catholique et royale, mort au combat le 14 juillet 1793.

Diamètre de 50 mm.

Livrée en écrin.

Ajouter au panier
Share :

Cette médaille historique en bronze véritable à l’effigie de Jacques Cathelineau, généralissime des Armées vendéennes pendant la Révolution française a été créée par le sculpteur Dominique Piéchaud.

« Cathelineau commandait les gens du Pin-en-Mauges et des environs. C’était, comme je l’ai dit, un simple paysan qui avait fait quelque temps le métier de colporteur pour le commerce des laines. Jamais on a vu un homme plus doux, plus modeste et meilleur. On avait pour lui d’autant plus d’égards, qu’il se mettait toujours à la dernière place. Il avait une intelligence extraordinaire, une éloquence entraînante, des talents naturels pour faire la guerre et diriger les soldats : il était âgé de trente-quatre ans. Les paysans l’adoraient, et lui portaient le plus grand respect. Il avait depuis longtemps une grande réputation de piété et de régularité ; tellement que les soldats l’appelaient le « Saint de l’Anjou », et se plaçaient quand il le pouvaient auprès de lui dans les combats, pensant qu’on ne pouvait être blessé à côté d’un si saint homme. » (Mémoires de Madame de La Rochejaquelein).

Né en 1759, Jacques Cathelineau, simple colporteur et sacristain de sa paroisse, fut l’un des premiers – dès le 12 mars 1793 – à se soulever contre les ordres républicains et à entraîner l’insurrection vendéenne (il commença avec 27 hommes le 12 mars 1793 et en alignait 50 000 le 29 juin de la même année). Remportant de vifs succès, il enlève aux « Bleus » de nombreuses places comme Cholet le 12 mars, Saumur le 9 juin, Angers le 23 juin. Proclamé Généralissime de l’Armée catholique & royale au nom de Louis XVII par tous les chefs vendéens, il se présente devant Nantes le 29 juin, qu’il investit victorieusement avec ses troupes. Néanmoins, un coup de feu tiré d’une fenêtre le blesse et les Vendéens, voyant leur chef grièvement blessé, reculent et sont finalement défaits. Cathelineau succombe à sa blessure le 14 juillet 1793.

La devise de la Vendée  VTRIQUE FIDELIS (fidèle à l’un et à l’autre) – DIEU ET LE ROI – est gravée au revers de la médaille. Cette devise est exprimée visuellement par le symbole vendéen des deux cœurs couronnés (l’un pour Dieu, l’autre pour le Roi) que la devise entoure. DIEU ET LE ROI est également la devise de la famille de Cathelineau.

Retrouvez nos autres médailles historiques sur notre site.

Informations addtionnelle

Dimensions 50 cm