Mois de mai - Livre d'Heures de Marie Manuel de Mello - XVIème s.

En ce premier jour du beau mois de mai, nous vous présentons les deux pages consacrées à ce mois dans le calendrier par lequel s’ouvre ce beau livre d’heures du XVIème siècle, peint et réalisé en France, commande de François Manuel de Mello pour sa sœur Marie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est une tradition constante des bréviaires depuis le Moyen-Age, tradition reprise par leur version allégée pour les laïcs que sont ces livres de prières connus sous le nom de livres d’heures, de commencer l’ouvrage par un calendrier qui présente en particulier la liste des saints célébrés chaque jour. D’un diocèse à l’autre, ce sanctoral présentait des variantes, ce qui permet en général de localiser la provenance du livre de façon assez fiable. Le calendrier de ce livre d’heures fait plutôt pencher pour une provenance au Sud de la France.

Voici le sanctoral présenté pour les 31 jours du mois de mai dans le livre d’heures de Marie de Mello, nous présenterons succinctement chacun des saints mentionnés :

Première partie du mois de mai

Mois de mai - Livre d'Heures de Marie Manuel de Mello - XVIème s.

Mois de mai – Livre d’Heures de Marie Manuel de Mello – 1ère partie.

  • 1er mai : saints Philippe et Jacques le Mineur, Apôtres.
    Cette fête est universelle en Occident à cette date jusqu’en 1955 où Pie XII tente de christianiser la fête du travail en instituant une fête de saint Joseph ouvrier. La fête remonte à la dédicace à Rome de la basilique des Saint-Apôtres le 1er mai 570 par Jean III (561-574), que l’on célébra en y déposant les reliques de Philippe et de Jacques le Mineur.
  • 2 mai : saint Sigismond, roi des Burgondes au VIème siècle – saint Athanase, archevêque d’Alexandrie au IVème siècle, père et docteur de l’église.
    Saint Sigismond est mort décapité le 1er mai 524. Empêchée par la fête plus ancienne de saint Philippe et saint Jacques, sa fête est traditionnelle au 2 mai. La fête de saint Athanase apparaît dans le nord de la France vers le milieu du XIIème siècle mais elle ne fut pas reçue à Rome avant le XVIème siècle.
  • 3 mai : invention de la Sainte Croix par l’impératrice sainte Hélène.
    La fête célèbre la découverte (sens premier du mot « Invention ») le 3 mai 326 par l’impératrice à la suite de fouilles effectuées à Jérusalem.
  • 4 mai : saint Monique, mère de saint Augustin.
    La mère de saint Augustin, qui par la constance de ses prières obtint la conversion de son fils, mourrut à Ostie en 387. Les Ermites de St Augustin fêtaient la Conversion de leur saint patron le 5 mai, d’où le choix du 4 mai pour en fêter celle qui en fut l’instrument. La fête se développa au XVème</sup siècle et finit par être inscrite au calendrier romain par le pape saint Pie V en 1568.
  • 5 mai : saint Gothard, évêque et confesseur.
    Mort le 5 mai 1038, cet évêque qui fut un propagateur de la réforme clunisienne fut le premier saint bavarois.
  • 6 mai : saint Jean devant la Porte Latine.
    Cette fête commémore le supplice de l’huile bouillante que subit l’Apôtre saint Jean, rapporté par Tertullien. Elle rappelle sans doute la date de la dédicace de la basilique romaine de Saint-Jean-Porte-Latine au début du VIème siècle.
  • 7 mai : saint Clet, pape et martyr.
    Clet ou Anaclet, fut le troisième pape, à la suite de saint Pierre et de saint Lin. Il mourut martyr lors de la persécution de Domitien.
  • 8 mai : Apparition de saint Michel Archange.
    Cette fête célèbre l’apparition de l’Archange saint Michel au Mont-Gargan en Italie au Vème siècle et la dédicace de la basilique magnifique qui y fut édifiée.
  • 9 mai : saint Grégoire le Théologien, évêque.
    Saint Grégoire de Nazianze, l’un des trois Pères cappadociens, est mort en 379-380. Très célèbre en Orient, sa fête ne fait que commencer à se répandre à cette date du 9 mai en Occident, à partir du XVIème siècle.
  • 10 mai : saints Gordien et Epimaque, martyrs.
    Ces martyrs romains furent inhumés sur la via Latina dans le cimetière qui portait leur nom. Ils sont mentionnés dès le Martyrologe hiéronymien (IVème siècle. Depuis leur fête est constante dans les livres liturgiques occidentaux.
  • 11 mai : saint Mamert, évêque et confesseur.
    Cet archevêque de la ville de Vienne (en Gaule), mort en 475, créa la procession des Rogations ou Litanies mineures qui se tient au cours des trois jours qui précèdent l’Ascension. Sa fête a toujours été célébrée le 11 mai depuis les plus anciens martyrologes. Il est l’un des trois saints de glace, avec saint Pancrace et saint Servais.
  • 12 mai : saints Nérée, Achille et Pancrace, martyrs.
    A l’origine à Rome existaient deux fêtes distinctes, celle des saint Nérée et Achille d’une part, celle de saint Pancrace de l’autre, toutes les deux célébrées le même jour (saint Grégoire le Grand a prêché pour les deux fêtes). L’unification des deux fêtes en une ne s’accomplit qu’avec le Missel de la Curie Romaine au XIIIème siècle. Clément VIII y ajouta en 1597 la sainte Vierge Domitille dont Nérée et Achille furent les chambellans. Elle n’est pas encore mentionnée par notre livre d’heures.
  • 13 mai : sainte Théodora, vierge & saint Mucius, martyr.
    Ces deux saints sont assez rarement célébrés. Mucius fut un prêtre martyrisé à Byzance lors de la persécution de Dioclétien au IVème siècle. Sainte Théodora est ici probablement la vierge qui souffrit sa passion à Alexandrie, également lors de la persécution de Dioclétien. Elle est normalement fêté le 28 avril.
  • 14 mai : saint Boniface, martyr.
    Ce martyr de Tarse en Cilicie lors de la persécution de Dioclétien est honoré à Rome depuis le VIIème siècle par une église qui lui est dédiée, édifiée sur l’Aventin.
  • 15 mai : saint Isidore, martyr glorieux.
    Ce martyr fut jeté dans un puis sur l’ile de Chio. L’eau de ce puis, sur lequel on avait édifié une basilique, guérissait les malades.

Seconde partie du mois de mai

Mois de mai - Livre d'Heures de Marie Manuel de Mello - XVIème s.

Mois de mai – Livre d’Heures de Marie Manuel de Mello – 2nde partie

  • 16 mai : saint Ubald, évêque & confesseur.
    Evêque de Gubbio en Italie, mort en 1160, il fut canonisé en 1192. Sa fête fut reçue à Rome en 1605.
  • 17 mai : saint Tropez, martyr et sainte Maxime, vierge.
    Saint Torpet/Torpetius/Tropez est l’un des tous premiers chrétiens de Rome, il est cité dans saint Paul dans son Epître aux Romains. La ville de Saint-Tropez lui est dédiée et célèbre chaque année sa fête par une « bravade » les 16, 17 et 18 mai. La fête de sainte Maxime de Callian, vierge, est selon la tradition la sœur de saint Tropez. Sa fête est normalement le 16 mai.
  • 18 mai : saint Félix, évêque et martyr.
    À Salone en Dalmatie, l’an 299, saint Félix reçut la gloire du martyre lors de la persécution de Dioclétien.
  • 19 mai : sainte Pudentienne, vierge, saint Pierre Célestin, pape.
    Sainte Potentienne que cite ici notre manuscrit est plus connue sous le nom de sainte Pudentienne. Sa fête est connue à Rome depuis au moins l’an 645. Elle connaîtra une rapide diffusion en France au XIème siècle. L’ermite saint Pierre de Corone devint pape sous le nom de Célestin V. Il renonça à sa charge deux ans avant de mourir et fut canonisé à Avignon par Clément V en 1313.
  • 20 mai : saint Bernardin de Sienne, confesseur.
    Mort à l’Aquila le 20 mai 1444, ce célèbre prédicateur fut canonisé en 1450 par Nicolas V. C’est l’un de saints les plus récents inscrits dans le calendrier de ce manuscrit.
  • 21 mai : sainte Hélène, reine, saint Secondat, martyr.
    Curieusement, notre manuscrit cite ici sainte Hélène (normalement au 18 août)n au lieu et place de la fête de son époux le saint empereur Constantin. Saint Second fut martyrisé en Egypte le jour de la Pentecôte 357, tué par des Ariens.
  • 22 mai : sainte Julie, martyre glorieuse.
    Cette saint patronne de la Corse, avec sainte Dévote, fut martyrisée en subissant le supplice de la crucifixion.
  • 23 mai : saint Didier, évêque et martyr.
    Ce saint évêque de Langres fut martyrisé par les Vandales en 407.
  • 24 mai : saint Servule, martyr du Seigneur.
    Ce saint – peu célébré – fut martyrisé à Trieste en Istrie.
  • 25 mai : saint Urbain, pape et martyr.
    Saint Urbain fut le 17ème pape et mourut martyr en 230.
  • 26 mai : saint Eleuthère, pape et martyr.
    13ème pape, Eleuthère mourut en 189.
  • 27 mai : saint Jean, pape et martyr.
    Le 27 mai est l’anniversaire de la translation des reliques de saint Jean Ier, 53ème pape, martyrisé par le roi Théodoric des Ostrogoths, qui le fit mourir de faim.
  • 28 mai : saint Germain, évêque et confesseur.
    Saint Germain de Paris fut le principal et plus célèbre évêque de Paris au VIème siècle. Il mourut en 576.
  • 29 mai : saint Maxime, évêque de Padoue.
    Notre manuscrit assigne ce saint à ce jour, alors qu’il est normalement inscrit au 2 août. Il s’agit probablement d’une confusion avec saint Maxime, évêque de Vérone, qui est bien inscrit par le Martyrologe romain au 29 mai.
  • 30 mai : saint Félix, pape et martyr.
    Le 26ème pape fut martyrisé sous Aurélien en 274.
  • 31 mai : sainte Pétronille, vierge, saint Crescentien, martyr.
    On voyait encore au VIIème siècle au cimetière de Domitille le tombeau de sainte Pétronille, fille de saint Pierre (fille spirituelle car baptisée par lui selon certains). Sa fête se diffusa en France à partir du XIème siècle. Saint Crescentien reçut le martyre à Sassari en Sardaigne sous l’empereur Hadrien.

L’artiste qui a somptueusement peint les miniatures du livre d’heures de Marie de Mello a choisi d’orner le calendrier de scènes profanes, de rinceaux, de fleurs, de plantes et d’animaux. En voici quelques détails :

Retrouvez ce manuscrit en ligne.


Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire