Les Pèlerins d'Emmaüs - Vita Christi de Corbie - XIIème siècle.
Les Pèlerins d'Emmaüs - Vita Christi de Corbie - XIIème siècle.

« Reste avec nous, car déjà le soir tombe ».

Le récit évangélique des Pèlerins d’Emmaüs figure dans l’évangile de saint Luc au chapitre XXIV, 13-35 et se déroule au soir de Pâques :

Ce même jour, deux des disciples de Jésus faisaient route vers un village du nom d’Emmaüs, distant de Jérusalem de soixante stades. Et ils conversaient entre eux de tout ce qui était arrivé. Et il advint, comme ils conversaient et discutaient ensemble : Jésus en personne s’approcha, et il faisait route avec eux ; mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. Et il leurs dit : « Quels sont donc ces propos que vous échangez en marchant et qui vous font tristes ? ». Et lui répondant, l’un d’eux, nommé Cléophas, lui dit : « Tu es bien le seul qui, de passage à Jérusalem, ne sache pas ce qui s’y est passé ces jours-ci ! ». Il leur dit : « Quoi ? ». Et ils lui dirent : « Ce qui concerne Jésus de Nazareth, qui fut un prophète puissant en œuvres et en parole devant Dieu et tout le peuple ; et comment nos grands prêtres et nos chefs l’ont livré pour être condamné à mort et l’ont crucifié. Quant à nous, nous espérions que ce serait lui qui rachèterait Israël ; mais, en plus de tout cela, on est au troisième jour depuis que cela s’est passé. Mais quelques femmes, des nôtres, nous ont jetés dans la stupeur : étant allées de grand matin au sépulcre, et n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire même qu’elles avaient vu une apparition d’anges qui disaient qu’il est vivant. Quelques-uns des nôtres sont allés au tombeau et ont trouvé les choses tout comme les femmes avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu ! ». Et lui leur dit : « O cœurs sans intelligence, lents à croire à tout ce qu’ont annoncé les Prophètes ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrit cela pour entrer dans sa gloire ? ». Et commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur interpréta, dans toutes les Ecritures, ce qui le concernait. Ils approchèrent du bourg où ils se rendaient, et lui feignit de se rendre plus loin. Mais ils le forcèrent, disant : « Reste avec nous, car on est au soir et déjà le jour est sur son déclin. » Et il entra avec eux. Et il advint, comme il était à table avec eux, qu’il prit le pain, le bénit et le rompit et le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent ; et il disparut de leur vue. Et ils se dirent l’un à l’autre : « Est-ce que notre cœur n’était pas brûlant en nous, lorsqu’il nous parlait sur le chemin, tandis qu’il nous dévoilait les Ecritures ? » Sur l’heure même, ils partirent et retournèrent à Jérusalem ; et ils trouvèrent réunis les Onze et leurs compagnons, qui disaient : « En vérité le Seigneur est ressuscité, et il est apparu à Simon. » Et eux de raconter ce qui s’était passé en chemin, et comment ils l’avaient reconnu à la fraction du pain.

Les Pèlerins d'Emmaüs - Vita Christi de Corbie - XIIème siècle.

Ils reconnurent le Seigneur dans la fraction du pain.

Ces deux miniatures que nous vous présentons en cette octave de Pâques sont extraites d’un manuscrit de miniatures pleines pages – une Vita Christi – qui pourraient avoir initialement orné un livre liturgique – un psautier ou un évangéliaire -, avant d’avoir été réunies en recueil. Une thèse possible serait aussi d’y voir un recueil d’avant-projets pour la réalisation d’un ensemble de vitraux, car le style des personnages (les grands yeux et les draperies) peut être rapprochés en effet des vitraux du XIIème siècle qui nous sont parvenus. On note également une grande parenté avec les tous premiers émaux limousins du XIIème siècle.

Ces miniatures romanes sont en effet datées des années 1175 et sont actuellement conservées à New-York à la Bibliothèque de la collection Morgan, sous la côte M. 44 (J.P. Morgan en avait fait l’acquisition en 1902 avec un ensemble de manuscrits de la collection Bennett). Les deux miniatures par lesquelles l’artiste a représenté l’épisode des Pèlerins d’Emmaüs constituent les recto et verso du 13ème feuillet de cette Vita Christi.

Ces miniatures, de par leur style, pourraient avoir été réalisées initialement à la fameuse abbaye de Saint-Martial de Limoges, avant d’être conservées à Corbie en Picardie. Les peintures ont été réalisées sur un fond d’or. Notez le costume de pèlerins, caractérisé par le chapeau et le bourdon, que portent le Christ, Cléophas et l’autre disciple.


Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire