Croix de Justin II
Croix de Justin II

Croix de Justin II.

La Croix de Justin II dite aussi Croix Vaticane (Crux Vaticana, couramment appelée par les Italiens Croce di Justinio) est probablement le plus ancien reliquaire d’une relique de la Vraie Croix que nous possédions. C’est une Crux gemmata, c’est-à-dire une croix de pierreries, en vermeil (argent doré), richement ornée de pierres précieuses, d’émaux et de perles. Ce style d’orfèvrerie est typique des objets liturgiques des chapelles palatines et plus précisément de la cour impériale de Constantinople.

La Croix de Justin II fut offerte au peuple romain par l’empereur Justin II, lequel régna sur l’Empire de 565 à 578, et par l’impératrice Sophie son épouse.

Cette croix porte en effet l’inscription latine suivante :

LIGNO QUO CHRISTUS HUMANUM SUBDIDIT HOSTEM DAT ROMAE IUSTINUS OPEM ET SOCIA DECOREM

Ce qui peut se traduire par :

Du bois avec lequel le le Christ a vaincu l’ennemi du genre humain, Justin et son épouse donne à Rome cet ornement.

Le tracé des lettres est typique du tracé des écriture en langue latine dans la partie orientale grecque au VIème siècle.

Ce chef d’œuvre de l’art paléochrétien fut probablement à l’origine une croix processionnelle. Elle contient en son centre un reliquaire de la Vraie Croix (« staurothèque »), cerclé de perles, à l’intérieur duquel de fines parcelles de la croix du Christ ont été disposées en forme de croix. L’ensemble fait 40 cm de haut et 30 cm de large et a été posé à l’époque moderne sur un support de style baroque. Sur le montant transversal sont accrochés quatre bijoux suspendus, des pendilia (peut-être des bijoux ayant appartenu à l’impératrice Sophie).

Si la face avant qui présente la précieuse relique et n’est décorée que de gemmes, perles et pièces d’émaux, la face arrière, en argent repoussé, comporte plusieurs figures :

  • au centre dans un médaillon, l’Agneau de Dieu (les premiers âges chrétiens préfèrent ne pas représenter le Christ souffrant sur la croix et préfèrent y substituer un symbole,
  • au dessus, un Christ Pantocrator tenant le livre des Evangiles,
  • en dessous, une représentation probable de saint Jean Baptiste,
  • et curieusement sur les parties transversales de la croix, des portraits en médaillon de l’empereur Justin et de l’impératrice Sophie.

Ces différents médaillons sont reliés entre eux par des rinceaux.

En 569, Justin et Sophie ont envoyé une relique de la Vraie Croix à la reine de France sainte Radegonde. Celle-ci la reçut à Poitiers et la déposa dans le monastère Sainte-Croix qu’elle y avait fondé. A cette occasion, le poète saint Venance Fortunat, futur évêque de Poitiers, composa ses hymnes fameuses en l’honneur de la Croix, le Vexilla Regis et le Pange lingua.

On sait par ailleurs que Justin et Sophie envoyèrent au Pape Jean III (561 † 574) un certain nombre de reliques, probablement pour améliorer des relations tendues : en effet, Justin et Sophie, qui étaient monophysites dans leur jeunesse et n’ont professé la foi du concile de Chalcédoine qu’une fois couronnés, par opportunisme politique, avaient entamé une politique de réconciliation avec les monophysites de Syrie qui compliquait les relations avec le pape. Il est probable que cette croix fit partie des cadeaux alors envoyés à Rome.

Pendant des siècles, la Croix de Justin rehaussa de son éclat les célébrations liturgiques papales solennelles de Pâques et de Noël. Elle échappa aux différents sacs qui subit la Ville Eternelle. Aujourd’hui conservée dans le Trésor de la basilique Saint-Pierre du Vatican, elle fut splendidement restaurée en 2009.

Deux créations phares de notre atelier Les Tailleurs d’Images s’inspirent plus particulièrement des croix de pierreries (« Crux gemmata ») de l’Antiquité chrétienne, semblables à celle de Justin II : Il s’agit des références 072 et 072BIS.


Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire